Text Size

Chercher un article par mot clé

Europe

On ne parle pas d'Europe dans la presse. Sornettes !

Ceux qui disent qu'on ne parle pas d'Europe dans la presse racontent n'importe quoi. Ils devraient plutôt dire qu'ils ne lisent pas la presse, en tous cas pas celle qui parle abondamment d'Europe.

Sans du tout prétendre être exhaustif, voici quelques exemples concernant cette semaine 12 de 2017

L'hebdomadaire Pélerin, n°7008 du 23 mars 2017: p 26 et 27 "L'Europe doit être au service des citoyens" Un entretien du journaliste Frédéric Niel avec Nicole Gnesotto, professeur au conservatoire national des arts et métiers, qui vient de publier avec Pascal Lamy, ex-directeur de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) un livre éclairant sur les grands défits contemporains: Où va le monde ?

Ne me dites pas qu'on ne peux pas être abonné à tout. Pelerin est accessible par internet, gratuitement comme vous pouvez le constater, évidemment il y a des limites, surtout dans le temps. Mais je peux vous dire qu'ils parlent souvent de l'Europe. Alors allez le feuilleter régulièrement.

L'hebdomadaire Challenges, n° 514 du 23 mars 2017: p 16 "L'Europe aborde le temps des soustractions", un article de Sabine Syfuss-Arnaud; p 17 et 18 Londre sur la ligne de départ" par Vincent Beaufils, directeur de la rédaction; p18 et 19 "Crédibles les projets européens des candidats à l'Elysée ?", un travail réalisé par Sabine Syfuss-Arnaud. Ce comparatif vient à point pour ceux qui se sont plaints que le premier débat télévisé de cinq candidats à la présidentielle, cette même semaine, n'ai pas abordé l'Europe.

Là encore Challenges est accessible par internet, mais là il faut y aller tous les jours, parceque le site n'est pas la réplique exacte de l'hebdomadaire. Il faut bien avoir des abonnement pour vivre...

Le quotidien La Croix, dans son édition du samedi 25 mars présente deux dossiers. P 2 à 5 "Dix idées pour l'Europe de demain" un dossier préparé par trois journalistes; et p 6 et 7 un second dossier "Trois chantiers pour relancer l'Europe" préparé par les mêmes journalistes plus un quatrième.

Et, une fois encore, ces articles vous pouvez les lire gratuitement sur internet pendant un certain temps...

Sans parler de l'Obs, que je n'ai pas lu encore cette semaine; du Monde diplomatique, mensuel, dont le site offre moins de possibilités pour des non abonnés; de La Provence pour les méridionnaux

Sans parler bien sur de tous les autres quotidiens, hebdomadaires, mensuels, que je ne lis pas, ou pas régulièrement. On ne peut pas tous lire et non plus s'abonner à tout... Et je ne parle pas des sites d'informations qui ne publient pas d'analyses élaborées.

Mais je pense avoir apporté la démonstration que si certains politiques, si une certaine presse, ne parlent pas d'Europe, il ne faut pas généraliser et qu'il existe, même en partie gratuitement, la possibilité de s'informer sérieusement sur l'Europe (et sur bien d'autres sujets tout aussi importants). Et qu'il est même possible de se faire une opinion personnelle en accédant à des journaux de différentes tendances.

Alors pourquoi ne pas le faire plutôt que de lire et de diffuser sous forme de chaines des torchons qui circulent sur internet et ne participent en rien à la construction d'une analyse objective et reponsable ?

Revue de presse

Provence60eAnnivTRome26.03.17

 

Fac simile de l'article publié par le quotidien La Provence le dimanche 26 mars 2017

ainsi que, dans le quotidien La Provence le mardi 4 avril 2017 l'intéressant et synthétique comparatif des propositions des 11 candidats à l'élection présidentielle

ProgramCandidFrancPresid2017DSC00327

L'article n'étant pas nécessairement lisible (deux pleines pages) nous pouvons en adresser une copie aux lecteurs qui ne pourraient pas se le procurer auprès de La Provence.

 

 

En savoir plus sur les Jeunes européens France

Revue de presse

Nous reproduisons un article paru le 23 mars 2017 dans

logoLeTaurillonLong

Depuis 1992, les Jeunes Européens - France s'engagent pour rapprocher l'Europe des citoyens. Ils ont fêtés leurs 25 ans voici quelques jours.

1) Les Jeunes Européens ne sont pas la première incarnation des JEF en France

L'association fondée le 6 mars 1992 a été dès le départ envisagée comme la section française des Jeunes Européens Fédéralistes, la dotant ainsi d'un vaste réseau européen. Elle succède ainsi aux Jeunes Européens Fédéralistes - France, association fondée en 1972, dans ce rôle. Les JEF sont parmi les plus présentes parmi les associations fondatrices et quatre des six membres du premier bureau national en sont issus. D'autres organisations de jeunesse fédéralistes ont existé avant 1972 dont la Jeunesse Fédéraliste Française dans les années 1950. Les Jeunes Européens succèdent également à la "Commission jeunes" du MEF.

2) l'Université d'été 1992 des Jeunes Européens lance la campagne du Oui à Maastricht

Le Mouvement européen a organisé en 1991 une première université d'été à La Garde Freinet (Var) avec 150 participants français et européens issus du réseau d'association en constitution.

En 1992, c'est sous l'étiquette “Jeunes Européens” que la seconde est organisée. Alors que l'événement se prépare, François Mitterrand annonce la tenue d'un référendum pour ratifier le traité sur l'Union européenne. L'Université d'été, à Port d'Albret (Landes) fait donc office d'événement qui lance dans les médias la campagne du “oui”. Parmi les intervenants, Jacques Delors, président de la Commission européenne, Carl Bildt, Premier Ministre de Suède, Elisabeth Guigou, Ministre des Affaires Européennes. Les 250 participants viennent de l'Europe entière.

Voir des images de l'événement sur Dailymotion.

3) aux Jeunes Européens on était, au départ, "jeune" jusqu'à 40 ans

Initialement l'association est un réseau d'associations préexistantes mais il est très vite prévu d'associer les personnes qui n'en seraient pas membres. Dans le soucis d'associer des professionnels déjà investis dans la vie active, la limite d'âge est fixée à 39 ans révolus. La formule permet au secrétaire général du Mouvement européen de l'époque d'être affilié aux JE et d'occuper le secrétariat général après la première assemblée générale. La limite d'âge sera alignée en 1996 sur celle des Jeunes Européens Fédéralistes.

4) le lancement des Jeunes Européens de 1992 fut un faux départ

La première assemblée générale des Jeunes Européens se déroule dans les locaux de l'université Paris-Dauphine le 30 janvier 1993. Très vite, des contradictions apparaissent entre les animateurs issus des associations de jeunes et la direction du Mouvement européen. Au bout de quelques mois les activités se réduisent et les réunions s'espacent jusqu'à ne plus être convoquées. Il faudra la nomination d'un nouveau secrétaire général au Mouvement européen et l'initiative de quelques sections locales ayant continué à fonctionner en dépit de la disparition du niveau national pour que l'association démarre pour de bon lors d'une assemblée générale extraordinaire à Strasbourg en novembre 1996.

5) le premier président des Jeunes Européens - France était allemand

C'est Markus Schmidt, un membre de JEF-Allemagne installé à Paris, qui devient le premier président des Jeunes Européens - France le 6 mars 1992. Il est reconduit par la première assemblée générale en 1993. Son successeur sera Stéphane Saurel, élu en 1996 au cours d'un weekend qui était lui-même franco-allemand puisque JEF-France et JEF-Allemagne ont tenus leurs AG et Congrès le même jour, dans deux salles du Parlement européen, avant de se retrouver pour une séance plénière.

6) 5 des 11 présidents des JE étaient des présidentes

Nathalie Lasnier en 1997, puis Stéphanie Chémery (1998), Jessica Pennet (2003), Pauline Gessant (2005) et Chloé Fabre (2013) : les Jeunes Européens prennent la parité au sérieux.

Du côté des hommes ont présidé l'association Markus Schmidt (1992), Stéphane Saurel (1996), Vincent Richez (1999), Aurélien Beaujard (2001), Jérôme Gstalter (2002), Nicolas Jean (2007), Pierre-Jean Verrando (2009), Aurélien Caron (2011) et Jérôme Quéré (2015).

Le mandat d'un an est porté à deux ans à partir de 2003.

7) Le nom du Taurillon avait déjà été proposé en 1996

Lorsque l'on a cherché un nom pour le journal des Jeunes Européens (on parle de journal papier à l'époque) le brainstorming avait fait émerger une première fois le nom de Taurillon. Celui-ci, trop fantaisiste, est alors écarté pour un très austère “Lettre des Jeunes Européens” (le Mouvement Européen - France publiait à l'époque une “Lettre des Européens”). Cette publication succède au “Bulletin interne des Jeunes Européens” (BIJE) - jeu de mot évoquant un tarif réduit de train pour étudiant qui existait à l'époque - et précède “La tête dans les étoiles”. L'idée est recyclée en 2005 lorsqu'il faut trouver un nom pour le nouveau magazine en ligne de l'association.

8) Les Jeunes Européens ont organisé un concert au Zénith

Des affiches dans le métro pour annoncer des concerts au Zénith de Paris, organisés par les Jeunes Européens - France ? C'était en 1997 pour la fête de l'Europe. L'événement, nommé “Eurolive” au Zénith de Paris. Naturellement l'association n'était pas seule à porter un tel projet mais celui-ci lui a donné une belle visibilité.

9) Le premier site web des Jeunes Européens était hébergé en Finlande

La Finlande a été l'un des pionniers du web en Europe. Via la JEF-Finlande, les Jeunes Européens Fédéralistes installent leur premier site web dans un sous-répertoire du site du conseil de la jeunesse de Finlande. Et c'est dans un autre sous-répertoire que les premières pages web estampillées “Jeunes Européens - France” sont venus s'installer en 1996.

10) le texte fondateur des JE s'appelait "Agir pour l'Europe aujourd'hui"

C'est lors d'un "Séminaire de réflexion et de formation des animateurs d'association européennes d'étudiants " à Champ sur Marne Ies 22 mars-24 mars 1991 qu'apparaît le projet des Jeunes Européens. Cette réunion, à l'invitation du Mouvement Européen, rassemble par exemple les Cercle Europe des IEP de Lyon et Bordeaux, et les sections régionales de la JEF. Il est décidé "de créer un réseau doté d'un label propre" et d'organiser une Université d'été. La Charte "Agir pour l'Europe aujourd'hui" est adoptée. Ses termes seront repris dans les premiers statuts de l'association. Elle donne pour objectif au réseau “la mobilisation de l'opinion publique dans la perspective d'une Europe fédérale”.

En savoir plus sur la fondation des Jeunes Européens : http://blog.valeryxavierlentz.eu/creation-jeunes-europeens

La mobilité en Europe

Revue de presse

Le traité de Rome prévoyait déjà dans son article 39 « la libre circulation des travailleurs ». En 1985, les accords de Schengen allaient plus loin en supprimant les contrôles aux frontières pour les voyageurs. Dix ans plus tard, ils entraient en vigueur. Aujourd’hui, cette zone de libre circulation comprend 26 États, où vivent plus de 400 millions d’habitants.

La mobilité reste pourtant modérée. En 2014, 1,9 million de travailleurs européens ont été détachés dans d’autres États membres. Peu d’Européens ont fini par s’installer définitivement ailleurs dans l’U.E.

Voyez l'intéressante carte de la mobilité en Europe publiée par le quotidien La Croix le 22 mars 2017

(Attention, cet article risque de n'être accessible qu'aujourd'hui pour les non abonnés au quotidien)

La clause Molière

Revue de presse

LogoSauvonslEurope

L'article de ce 23 mars 2017 de Sauvons l'Europe permet de mieux comprendre la nature, les enjeux, les difficultés.

Une partie de ce que dit Macron sur l'Europe

Revue de presse

Il y a les candidats à la présidentielle française qui veulent sortir de l'Europe et l'annoncent bien fort. A voir ce que les dirigeants du Royaume-Unis font pour retarder le Brexit effectif, à voir comment réagissent certaines parties de ce Royaume-Unis qui veulent leur indépendance, on comprend assez bien que sortir de l'U.E. n'ouvre pas nécessairement les portes du paradis promis.

Il y a ceux qui veulent modifier l'Europe, en faire une Europe à la Française, oubliant que nous ne pesons que pour un vingt-septième... Rappelons nous M. Hollande qui voulait tout changer...

Il y à ceux qui veulent jouer collectif, mais souhaitent influer sur la marche de cette Europe. Ce sont probablement les plus crédibles.

A ce sujet Emmanuel Macron vient d'envoyer une lettre à Sauvons l'Europe, publiée le 19 mars 2017, qu'il est intéressant de lire

LogoSauvonslEurope

Sous-catégories

D'une manière générale, sauf règle de copyrigt particulière figurant en tête ou en pied d'un article, vous êtes libre de partager – de copier, distribuer et transmettre les fichiers publiés sur ce site  sous les conditions suivantes de paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre). Pas de modification - Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou d'adapter les fichiers publiés sur ce site.

Login Form