Text Size

Chercher un article par mot clé

Europe

Parlement européen : la course à la présidence (suite)

Revue de presse

Voici un lien vers un article de Sauvons l'Europe intitulé "Un parfum d'Italie sur le Parlement européen"

"Mais le Parlement a été le cocu de l’arrangement. Là où Juncker devait s’appuyer sur le Parlement pour faire face aux Etats, il a transformé ce dernier en une chambre d’enregistrement."

Cet article a le mérite de nous rappeler ce qu'est la proportionnelle intégrale. En France nous ne savons plus... Avantages mais aussi inconvénients de chaque système... Il nous montre aussi les coulisses du fameux consensus.

Sur le même sujet lire l'article d'EurActiv  du 13 janvier 2017 traduit en français Par Marion Candau: "Les candidats à la présidence du Parlement font monter la pression"

Avez vous lu d'autres articles sur le sujet ? Pouvez vous nous les adresser ?

Ce qu'ils disent au sujet de l'Europe

Yanis Varoufakis apporte un témoignage personnel sur l’action d’Emmanuel Macron à cette époque. Il raconte qu’Emmanuel a été le seul Ministre d’Etat en Europe à avoir essayé d’aider la Grèce, en payant un coût politique personnel. Plus précisément, Emmanuel Macron a essayé de négocier que la France s’interpose entre l’Allemagne et la Grèce, en position de facilitateur. Il prévoyait de venir lui-même à Athènes comme émissaire de François Hollande, pour tenter de négocier les termes d’un accord de long terme sur la dette Grecque. Mais Hollande et son entourage s’y sont opposés pour ne pas se séparer de l’Allemagne sur ce sujet, et ont marginalisé Emmanuel Macron dans la suite des négociations.

Un témoignage de Yanis Varoufakis sur Macron et la Grèce dans Sauvons l'Europe du 3 mai 2017.

 

"Aux candidats qui prennent l’Europe comme bouc émissaire au lieu de la voir comme une chance, il faut rappeler ici que l’UE n’a que très peu de prise sur notre vie quotidienne. Certains de nos voisins s’en sortent mieux que nous parce qu’ils ont pris les bonnes décisions."

Yves Bertoncini, Président du Mouvement Européen-France ainsi que Jean-Marie Cavada, ancien Président du Mouvement Européen-France se sont associés à Thierry Chopin, Directeur des études de la Fondation Robert Schuman, Anne Macey, Déléguée générale de Confrontations Europe et Denis Simonneau, Président d'EuropaNova pour écrire une tribune dans le but interpeller les candidats à la Présidentielle 2017 sur l'Europe et le danger de prendre celle-ci comme bouc émissaire. https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0211947228435-leurope-nest-pas-le-probleme-elle-est-la-solution-2077925.php

 

"J'ai la conviction qu'il faut pouvoir se déraciner un peu pour se découvrir soi-même. Pour aimer l'Europe, il faut aussi en faire l'expérience par la mobilité."

Dominika Rutkowska-Falorni, Polonaise et Française, déléguée générale du Mouvement européen France, à La Croix du 25 mars 2017 pour le dossier "Dix idées pour l'Europe de demain.

 

"Tout au long de mon action de ministre et depuis le début de ce débat présidentiel, j'ai mis l'Europe au coeur de la vision que je propose et des propositions que je formule."

Emanuel Macron répond à Sauvons l'Europe le 10 mars 2017 http://sauvonsleurope.eu/emmanuel-macron-repond-a-sauvons-leurope/

 

En outre vous prétendez que même si l'UE est impopulaire, il y a toujours deux tiers des citoyens de l'UE qui ont un grand désir d'appartenir à l'UE. Les résultats des élections en Autriche, ou des élections régionales en Allemagne où nous observons la plus haute croissance pour les partis eurosceptiques et nationalistes peuvent-ils nous faire douter de cette évaluation ?

Ce que j'ai réalisé pendant des voyages et de nombreuses conférences — et cette impression peut aussi être mesurée —, est que la plupart des citoyens s'est déjà rendu compte que l'État-nation tout seul n'est pas capable de trouver des solutions aux problèmes du continent. En revanche, nous devons trouver des solutions européennes. Le problème consiste en ce qu'une Europe réformée n'est pas présente sur le terrain politique. Ici présents sont les populistes, qui disent : « l'UE n'est pas démocratique ! Nous voulons en sortir ! » et les autres qui disent : « Il y a aucune alternative et nous devons continuer comme ça. »

Ulrike Guérot, fondatrice du European Democracy Lab Berlin a récemment publié un livre (en allemand) intitulé « Pourquoi l'Europe doit devenir une République ! Une Utopie politique ». Quelques mois avant le référendum du Brexit, Le Taurillon l'a rencontrée pour en parler.

Mme Guérot et Dietz cherchent un éditeur et un partenaire licencié en France pour publier le livre en français !JPEG - 10.7 ko

Sur la personne interviewée : Prof. Dr Ulrike Guérot est une politologue européenne et la fondatrice du 'European Democracy Lab' à Berlin. Elle a travaillé pour différents laboratoires d'idées politiques et est généralement admise comme experte en politique européenne. Son projet à long terme actuel est la République Européenne.

 

"Disons que l'élection du Président du Parlement européen a été un peu laborieuse. Mais si l'on veut relancer la croissance et l'emploi, ce qui suppose des innovations et des investissements considérables dans les transports, les nouvelles technologies ou les énergies renouvelables, on a besoin de l'Europe. On ne pourra rien faire seuls. C'est ce que je propose à travers un New Deal euuropéen. Arrêtons de ne pas vouloir assumer la dette. Fixons-nous une trajectoire financière qui respecte nos engagements et demandons à nos partenaires d'emprunter avec nous. Sérieux budgétaire contre investissements massifs. L'Europe est une zone qui investit 12% de moins qu'en 2008. Plutôt que de nous observer et mourir à petit feu, relançons l'économie."

Vincent Peillon, ancien ministre, actuellement député européen dans la circonscription Sud-Est. Extrait d'un entretien accordé à François Tonneau publié dans La Provence du 18 janvier 2017 page II. (n.d.l.r.)Le candidat fait le bon diagnostic et parle bien, dommage qu'il ait été si peu actif au Parlement européen depuis son élection...

 

"Les institutions européennes ont hérité de la partie la plus ingrate des responsabilité collectives. Aimer une Union européenne désincarnée et, en outre, n'a pas d'argent pour financer des projets utiles relève de la mission impossible. Mais il y a des chantiers à ouvrir. A présent, la perspective de mettre en place un parquet antiterroriste et un FBI européens serait très efficace dans la lutte contre le terrorisme, comme une politique énergétique qui permettrait de payer moins cher son gaz et son électricité..."

 

"L'un des objectifs de l'accord transatlantique entre l'Europe et les Etats-Unis était de se mettre d'accord sur des normes sanitaires, sociales et environnementales communes afin de les imposer dans le commerce mondial. Il faudra un jour convaincre les opinions publiques qu'un tel accord peut être bénéfique. A moins d'accepter de se soumettre un jour aux règles chinoises"

 

Dominique de Villepin, ancien ministre des affaires étrangères et premier ministre, puis Hubert Védrine ancien ministre des affaires étrangères. Extraits d'un entretien exclusif accordé à Jean-Pierre de La Rocque et Pierre-Henri de Menthon du magasine Challenges le 5 décembre 2016 publié dans le n°503 du 5 janvier 2017 pages 34 à 36.

 

 

"La question c'est de savoir comment traiter les défis auxquels nous sommes tous confrontés en Europe. Pour moi, il existe deux types d'États membres : les petits, et ceux qui n'ont pas encore compris qu'ils étaient petits. Quand on parle de sécuriser les frontières extérieures, de s'attaquer au crime organisé et au terrorisme, de combattre la pollution de l'air, de la terre et de l'eau, de créer de la croissance et des emplois de façon équitable, les gens, dans leur grande majorité, comprennnent qu'aucun pays européen n'est assez grand pour protéger ou fournir ces biens publics tout seul.

 

Oui, certains disent : « On n'aime pas ces technocrates qui n'ont pas été élus et qui, de cette Bruxelles lointaine, nous dictent ce que nous devons faire » Mais l'Union Européenne, ce n'est pas Bruxelles. Ce n'est pas non plus la Commission ou le Parlement. Ces derniers ne sont que des outils. En fait, l'Europe, ce sont tous les États membres. L'Europe, c'est nous tous, et nous faisons tous partie de la même Union. Non pas à cause d'un quelconque rêve utopique, mais parce que tout au long de notre histoire, nous avons appris à nos dépens que cette Union est encore notre meilleure réponse aux défis du monde."

 

Frans Timmermans, commissaire européen chargé de l'Amélioration de la législation, des Relations inter-institutionnelles, de l'État de droit et de la Charte des droits fondamentaux depuis 2014. Extrait d'une tribune reprise dans le Taurillon, organe d'expression des Jeunes Européens du 1er janvier 2017.

 

 

"Je vais avoir des trémolos dans la voix en disant que l'Europe c'est notre seul espoir à long terme. En termes économique, culturel, scientifique, humaniste. Dans son ensemble, l'Europe jouit encor d'un succès d'estime important. Et en termes de poids politique dans le monde, c'est soit la cohésion, soit la mort. Devant nous, ce sont de gigantesques blocs. Certains sont déjà en place et ceux qui émergent ne sont pas moins redoutables."

Cédric Villani, médaille Fields (mathématiques), directeur de l'Institut Henri-Poincaré, membre de l'Académie pontificale des sciences, vice-président du think tank Europa Nova, lors d'un entretien accordé à Fanny Cheyrou en octobre 2016 pour le magasine Panorama pages 11 à 13.

 

"Mieux vaut une souveraineté réelle, en prise avec le monde où l'on vit, partagée avec d'autres Européens qu'une souverainté nationale proclamée mais largement factice."

Sylvie Goulard, députée européenne, lors d'une interview par Garance Dubarry, publiée dans le Taurillon, le magazine des Jeunes européens, le 19 août 2016

 

Les Jeunes européens s'activent !

 logoJeunesEuropeens

Les Jeunes Européens prévoient un programme chargé pour 2017. On vous dévoile deux items en avant-première :

  • Dès le 20 janvier, nos équipes vont parcourir la France pour l'Eurotour des Facs. 11 dates sont déjà au programme pour faire vivre sur les campus les débats qui agitent l'Union.
  • Du 9 au 11 mars, les JE organisent la Convention européenne de la jeunesseDes citoyens de tous les pays européens se retrouveront au Parlement de Strasbourg pour donner une constitution à l'Europe.
 

 

J'adhère ou je ré-adhère aux Jeunes Européens - France

Les Jeunes Européens c'est - de 35 ans.

En ce qui concerne les jeunes du Nord des Bouches du Rhône (Terre de Provence) ou bien ceux de l'est du Gard (Villeneuve-les-Avignon, Les Angles) demandez votre rattachement au Vaucluse.

Inquiétude sur le fonctionnement de la démocratie en Pologne

Revue de presse

Avec la Hongrie, la Pologne est devenu un soucis.

Cette dernière traverse des moments difficiles. Il convient de se reporter à l'article de Sauvons l'Europe du 7 janvier 2017 qui d'une part décrit ce qui se passe et d'autre part, met en contrepoint les propos de Donald Tusk, ancien premier ministre Polonais et Président du Conseil européen.

Europe sociale ? qu'est-ce à dire ?

Revue de presse

Alors que les politiques sociales et pour l'emploi sont définies par les Etats membres, la proposition de la Commission européenne de créer un pilier européen des droits sociaux a relancé le débat pour le développement de la dimension sociale dans l'Union européenne.

Il faut lire à ce sujet le très intéressant article du Taurillon, organe d'expression des Jeunes Européens France publié le 2 janvier 2017.LogoTaurillon

Où l'on voit que cette notion de protection sociale ne veut pas dire la même chose pour tout le monde... Où l'on comprend la complexité qu'il y aura à rapprocher les positions. Et pourtant la position de la Suède pourrait servir de modèle: trouver des points d'accord même très partiels sans pour autant éliminer les solutions auxquelles chaque nation tient. C'est pour celà que l'article constate que la Suède se bat pour plus d'Europe sociale.

Cet article est à rapprocher de notre précédent article: Une comparaison des dépenses de protection sociale en europe.

Nous vous rappelons que, pour le cas où le lien vers le site auquel nous vous renvoyons ne fonctionnerait plus, nous conservons une copie de l'article, que nous pouvons vous adresser sur simple demande.

Sous-catégories

D'une manière générale, sauf règle de copyrigt particulière figurant en tête ou en pied d'un article, vous êtes libre de partager – de copier, distribuer et transmettre les fichiers publiés sur ce site  sous les conditions suivantes de paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre). Pas de modification - Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou d'adapter les fichiers publiés sur ce site.

Login Form