Text Size

Chercher un article par mot clé

L'Union européenne doit contrer la menace Erdogan avec fermeté et intelligence, une proposition du Taurillon

Catégorie parente: Analyses, pts. de vue, actualité Catégorie : Europe, l'actualité

Revue de presse

Lire aussi  l'article publié après le référendum, le 17 avril, par Raphaëlle Brethomé, Thomas Bonraisin

Une proposition d'Eric Drevon-Mollard, Membre des Jeunes Européens - Lyon. Diplômé d’un master des métiers de l’éducation et de la formation de l’Université d’Aix-Marseille, dans Le Taurillon le 10 avril 2017.

JPEG - 85.1 ko
CC Flickr / valeriy osipov

Extrait - son appel

Comment réagir face à la situation complexe de ce pays qui hésite depuis près d'un siècle entre modernité et identité, islam rigoureux et laïcité ?

Les hollandais et les allemands ont été bien avisés de répondre fermement aux insultes qu'il a proférées. On peut dès lors déplorer le manque de solidarité et de courage des dirigeants français, qui ont laissé le ministre des affaires étrangères turc tenir un meeting en faveur de la réforme constitutionnelle d'Erdogan à Metz. De même que l'absence d'une réponse européenne commune et ferme de la part de Federica Mogherini.

Cependant, la fermeté, si elle est une question de principe, ne constitue pas pour autant une solution de fond au problème de notre relation avec la Turquie. Excessive, elle risque même d'aller dans son sens, en renforçant le nationalisme des turcs, unis contre une Union européenne qu'ils pourraient percevoir comme une ennemie.

Plus que jamais en ces temps troublés, l'Europe doit être un phare des libertés et de la prospérité, un modèle pour d'autres nations. N'oublions pas que l'emprise d'Erdogan s 'émousse : il n'est pas sûr de gagner son referendum, d'où sa nervosité. Et sa mainmise sur l'appareil d'Etat, accompagnée de son lot de faveurs et de corrompus, commence à nuire à l'économie du pays, dont la prospérité avait bâti sa popularité.

Nous devons penser à une vraie réplique idéologique pro-démocratique. A l'heure du web 2.0 et des réseaux sociaux, nous devrions nous doter d'un corps européen de hackers et d'influenceurs, comme ont si bien su le faire les russes, pour faire le travail que les médias turcs (et d'autres pays menacés par la dictature) ne peuvent plus effectuer : rendre compte des morts et de l'arbitraire du pouvoir actuel. Ainsi nous pourrions montrer sous un jour plus favorable les différentes minorités du pays, notamment les kurdes.

La diaspora turque et kurde présente en Europe aurait toute sa place dans un tel dispositif : grâce à sa connaissance des deux cultures, elle est la mieux placée pour exporter nos valeurs dans leur pays d'origine.

logoLeTaurillonLong

Lire l'article d'Eric Drevon-Mollard.

Lire aussi  l'article publié après le référendum, le 17 avril, par Raphaëlle Brethomé, Thomas Bonraisin

 

D'une manière générale, sauf règle de copyrigt particulière figurant en tête ou en pied d'un article, vous êtes libre de partager – de copier, distribuer et transmettre les fichiers publiés sur ce site  sous les conditions suivantes de paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre). Pas de modification - Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou d'adapter les fichiers publiés sur ce site.

Login Form